Archive

Archive for the ‘Dzigning Press’ Category

Zira Island master plan

October 22, 2009 Leave a comment

Danish architects Bjarke Ingels Group have designed the masterplan for a carbon-neutral resort and residential development on Zira Island in the Caspian Sea.

Zira Island master plan

Zira Island master plan

Zira Island master plan

Zira Island master plan

Image courtesy BIG

Image courtesy BIG

Image courtesy BIG

Image courtesy BIG

The vision for Zira Island is to create a new development that is entirely independent of external resources – a self contained island. By combining the best of the traditional Azerbaijani building tradition, with the newest technology, Zira Island will provide excellent living spaces for people, with a minimum usage of resources.

The buildings on the island are heated and cooled by heat pumps connecting to the surrounding Caspian Sea. Solar heat panels integrated in the architecture create a steady supply of hot water, while photovoltaic cells on strategically located facades and roof tops power daytime functions like swimming pools and aqua parks.

Waste water and storm water is collected and led to a waste water treatment plant where it is cleaned, processed and recycled for irrigation. The solid parts of the waste water are processed and composted and finally turned into top soil, fertilizing the island. The constant irrigation and fertilizing of the island supports the lush green condition of a tropical island, with a minimal ecological footprint.

Zira Zero Island also benefits from the fact that Baku is “the city of wind”. By harvesting the wind energy through an offshore wind farm, the island will have its own CO2-neutral power supply. Further by locating the wind turbines on sea, it transforms the existing offshore oil industry’s platforms & foundations in Baku into a more sustainable future of wind turbine platforms.

The landscaping of the island is derived from wind simulations of the microclimates created by the mountains. Swirly patterns created by the wind moving its way through the Seven Peaks inform the planting of trees and the design of public spaces. Where the winds and turbulence are strongest the trees becomes denser, creating lower wind speeds and thus a comfortable outdoor leisure climate.

Hadid, Salerno Maritime Terminal

October 22, 2009 Leave a comment
Hadid

Hadid

Bienvenue dans le futur

L’œuvre iconique d’une architecte singulière

Zaha Hadid est une architecte très controversée qui, malgré son succès critique et ses nombreux récompenses, n’a pourtant pendant des années concrétisé aucun de ses projets. Certains sont même allés jusqu’à dire que ses projets étaient impossibles à réaliser. Pourtant, ces dix dernières années, elle a mené à terme de nombreux bâtiments importants, dont le Centre d’art contemporain Rosenthal de Cincinnati (que le New York Times considère comme “le nouvel immeuble le plus important aux États-Unis depuis la Guerre froide”) le Centre des Sciences Phaeno de Wolfsburg, en Allemagne et le siège de BMW de la nouvelle usine de Leipzig. Aujourd’hui, grâce à ses audacieux dessins futuristes qui l’ont propulsée au premier plan de l’architecture mondiale, Hadid a enfin acquis une reconnaissance internationale.

Née à Bagdad, Hadid a fait une partie de ses études à Londres, où elle a établi son cabinet. Créatrice d’une architecture radicale depuis plus de 30 ans, Hadid fait aujourd’hui l’objet de cette imposante monographie chez TASCHEN. Ce volume XL couvre l’intégralité de son travail jusqu’à aujourd’hui, dont ses projets les plus récents, de Dubaï à Guangzhou, et offre un aperçu exceptionnel de son parcours, tant dans le domaine de l’architecture que du design ou de l’aménagement intérieur, grâce à des analyses passionnantes, des photos spectaculaires ainsi qu’à ses propres dessins. Vous découvrirez également dans cet ouvrage une partie spéciale où tout un jeu de papier vellum transparent permet de choisir de superposer de nombreux dessins ou de les regarder un par un.

À propos de l’auteur:
Philip Jodidio (né en 1954) a étudié l’histoire de l’art et l’économie à la Université Harvard, et a été rédacteur en chef du magazine français Connaissance des Arts pendant plus de vingt ans. Il a publié de nombreux articles et livres sur l’architecture contemporaine, dont, chez TASCHEN, la série Architecture Now!, Building a New Millenium ainsi que des monographies sur Tadao Ando, Norman Foster, Richard Meier, Jean Nouvel et Zaha Hadid. Il est un des auteurs internationaux les plus lus dans le domaine de l’architecture.

Jean Nouvel by Jean Nouvel, Complete Works 1970-2008

October 22, 2009 Leave a comment
Jean Nouvel by Jean Nouvel, Complete Works 1970-2008

Jean Nouvel by Jean Nouvel, Complete Works 1970-2008

Nouvel par Nouvel = Nouvelissimo!

France’s premier architect designs his own monograph

L’œuvre de l’architecte français contemporain le plus singulier et le plus reconnu au niveau international dans un livre conçu par le maître lui-même.

Récipiendaire du prix Pritzker 2008, Jean Nouvel
est sans conteste l’architecte français contemporain le plus original et le plus important. De 1967 à 1970 il a été l’assistant de deux architectes influents, Claude Parent et Paul Virilio, avant d’ouvrir sa propre agence à Paris. Le premier projet à le faire connaître du grand public est l’Institut du Monde Arabe, à Paris (1981-87, avec Architecture Studio). Il a depuis été l’auteur de l’Opéra de Lyon (1986-93), du centre commercial Euralille, à Lille (1991-94), et de la Fondation Cartier, à Paris (1991-94). Parmi les projets les plus importants qu’il ait réalisés depuis l’an 2000, on peut compter le Centre Culture et Congrès de Lucerne, en Suisse (2001-2006), la spectaculaire Tour Agbar sur l’avenue Diagonal à Barcelone (2001-03), l’agrandissement du Musée de la Reine Sophie à Madrid (1999-2005), le Musée du quai Branly à Paris (2001-2006) et le Guthrie Theater de Minneapolis. Lauréat de la médaille d’or 2001 du RIBA, Jean Nouvel est un créateur prolifique qui n’est peut-être pas aussi connu du grand public qu’il le mérite.

Jean Nouvel a collaboré plus de cinq ans avec l’auteur Philip Jodidio sur cette nouvelle monographie des éditions Taschen magnifiquement illustrée, un ouvrage qui donnera enfin la pleine mesure du talent de l’architecte. Ces deux volumes de plus de 400 pages chaque, à couverture rigide, offrent la vue d’ensemble la plus complète à ce jour de la carrière de Jean Nouvel. Ils incluent ses derniers projets comme le nouveau Louvre à Abou Dhabi, la Philharmonie de Paris, et l’extension du MoMA à New York. Le graphisme et les illustrations du livre ont été conçus et choisis par l’architecte lui-même; et les couvertures transparentes imprimées reprennent son penchant à jouer avec les contrastes et les transparences des motifs. On peut vraiment dire que cette publication est Nouvel par Nouvel, de fond en comble.

À propos de l’auteur:
Philip Jodidio (né en 1954) a étudié l’histoire de l’art et l’économie à la Université Harvard, et a été rédacteur en chef du magazine français Connaissance des Arts pendant plus de vingt ans. Il a publié de nombreux articles et livres sur l’architecture contemporaine, dont, chez TASCHEN, la série Architecture Now!, Building a New Millenium ainsi que des monographies sur Tadao Ando, Norman Foster, Richard Meier, Jean Nouvel et Zaha Hadid. Il est un des auteurs internationaux les plus lus dans le domaine de l’architecture.

Alex Steinweiss, The Inventor of the Modern Album Cover

October 22, 2009 Leave a comment
Alex Steinweiss

Alex Steinweiss

De la musique pour les yeux

L’homme à l’origine de l’âge d’or du graphisme de la pochette de disque

Nos 101 à 1.600: édition limitée à 1500 exemplaires numérotés, signés par l’artiste. Également disponible en édition de luxe (Nos 1 à 100) accompagnée d’un tirage sérigraphique.

“J’aime tellement la musique et j’avais tellement d’ambition que j’étais prêt à en faire beaucoup plus que ce pour quoi on pouvait bien me payer. Je voulais que les gens entendent la musique en voyant l’œuvre d’art.” —Alex Steinweiss

Alex Steinweiss a inventé la pochette de disque telle que nous la connaissons aujourd’hui, créant une nouvelle forme d’art graphique. En 1940, récemment engagé, ce jeune directeur artistique de Columbia Record’s lance une idée: et si on habillait la bête pochette marron habituelle d’une illustration accrocheuse? La compagnie décide de prendre le risque, et, en quelques mois, augmente ses ventes de disques de 800%. Les pochettes de Steinweiss pour Columbia, mêlant une typographie audacieuse à des illustrations élégantes et modernes, ont remporté un succès considérable dans l’industrie du disque et révolutionné la manière dont les disques étaient vendus.

En trente ans, Steinweiss a réalisé des milliers d’œuvres originales pour des pochettes de disques classiques, jazz ou de variétés pour Columbia, Decca, London et Everest, ainsi que des logos, des étiquettes, des supports publicitaires, et même sa propre police de caractère, la “Steinweiss Scrawl”. C’est lui qui a lancé l’âge d’or du graphisme de pochette d’album, influençant par la suite des générations de graphistes. Moins bien connus, mais également représentés dans cet ouvrage, ses affiches pour l’U.S. Navy, ses emballages et étiquettes pour des groupes de spiritueux, ses séquences de titres de films, ainsi que sa propre production artistique. Comprend un essai de l’historien du design Steven Heller, des souvenirs personnels de Steinweiss revenant sur sa carrière épique et de très nombreux éléments des archives Steinweiss, dont la plupart n’avait encore jamais été publiés.

À propos de l’artiste:
Né à Brooklyn en 1917, Alex Steinweiss entra au lycée Abraham Lincoln au plus fort de la Grande dépression. Il se retrouva là sous l’aile protectrice du directeur du département d’art, Leon Friend, qui eut également comme élèves Seymour Chwast, Gene Federico et William Taubin. Après être sorti diplômé de la Parsons School of Art and Design, Steinweiss fut, pendant trois ans, l’assistant du graphiste autrichien Joseph Binder. En 1939, il devint le premier directeur artistique de Columbia Records et inventa la pochette d’album. Pendant la seconde guerre mondiale, Steinweiss s’engagea dans la Marine, y dessinant des affiches le jour et continuant à travailler pour Columbia la nuit. Après la guerre, il trouva de nouveaux clients non seulement dans l’industrie du disque (London, Decca, RCA, Everest), mais aussi parmi des distilleries, des studios de cinéma, des revues ou des laboratoires médicaux. En 1970, Steinweiss abandonna le domaine du graphisme pour se consacrer à la peinture et à la céramique, et alla s’installer à Sarasota, en Floride. Son œuvre a été exposée dans tous les Etats-Unis, et, parmi de nombreuses récompenses, il s’est vu attribuer la médaille de l’American Institute of Graphic Arts (AIGA) ainsi que le prix du Art Directors Hall of Fame pour l’ensemble de son œuvre.

À propos des auteurs:
Steven Heller, co-président du département de design de la School of Visual Arts de New York et responsable de la rubrique “Visuals” du supplément Livres du New York Times, est l’auteur de plus de 120 livres sur le design, l’illustration et l’art satirique.

Kevin Reagan, trois fois lauréat d’un Grammy Award comme graphiste/directeur artistique, a été également récompensé entre autres par l’American Institute of Graphic Arts (AIGA), le National Academy of Recording Arts & Sciences (NARAS) le Type Director’s Club, Print, et Communication Arts. Ancien directeur artistique de Geffen, MCA, et de Maverick Records, il a conçu les pochettes de centaines d’artistes dont Madonna, Beck, The Dixie Chicks, et Sonic Youth. Il vit à Los Angeles où il dirige son atelier de graphisme.

Design Now!

October 22, 2009 Leave a comment
Design Now

Design Now

Design à vivre: de l’écodesign à l’artdesign

L’univers du design contemporain est en effervescence. L’avidité médiatique pour la nouveauté plutôt que pour le fond brasse design de masse, d’articles de consommation personnalisables ou d’objets d’arts en édition limitée. Design Now ! s’applique à dissiper ce flou, en mettant en avant les pionniers qui par leur vision à long terme développent significativement la notion de fonction, utilisent les matériaux de façon innovante et/ou repoussent les frontières de l’esthétique. Passant en revue le travail de 90 designers internationaux, l’ouvrage offre un aperçu de l’incroyable richesse du design contemporain depuis l’éclairage et le mobilier aux équipements électroniques, depuis les transports et l’architecture au design environnemental. Nombre des créateurs mis en lumière dans Design Now ! prennent en compte toutes les facettes du design et de son impact sur l’environnement, s’efforçant de trouver des solutions au besoin pressant de pouvoir recycler, réduire et réutiliser les produits. Ce livre est un appel adressé non seulement aux designers et fabricants, mais aussi aux consommateurs, d’agir avec responsabilité dès maintenant. Un must-have pour tous ceux qui s’intéressent au design tout en cherchant la voie d’un futur plus vert.

Quelques exemples des agences et designers représentés: Ronan & Erwan Bouroullec, Ecotricity, Naoto Fukasawa, Zaha Hadid, Intelligent Energy, Jonathan Ive (Apple Computer), LOT-EK, Ross Lovegrove, Marine Current Turbines, Jasper Morrison, Marc Newson, POC, Philips Design, Seymourpowell, Tokujin Yoshioka

À propos de l’éditeur:
Charlotte J. Fiell et Peter M. Fiell ont écrit de nombreux articles et ouvrages sur le design et les designers, dont Decorative Arts series, 1000 Lights, 1000 Chairs, Design of the 20th Century, Industrial Design A-Z, Scandinavian Design et Designing the 21st Century publiés par TASCHEN .

Points de vue Jean Nouvel : “Le projet du Grand Paris est menacé de s’enliser dans la confusion”

October 22, 2009 Leave a comment
Jean Nouvel

Jean Nouvel

Dans une tribune au Monde datée de mercredi, l’architecte Jean Nouvel lance un coup de gueule contre la tournure que prend le projet du Grand Paris. Plus de sept mois après la remise au gouvernement des propositions de dix équipes d’urbanistes et d’architectes -dont la sienne, Jean Nouvel estime qu’il est “urgent de retrouver l’ambition initiale et l’imagination collective”.

Les équipes pluridisciplinaires internationales ont remis leurs conclusions le 6 mars. Mais depuis, Christian Blanc, secrétaire d’Etat chargé du développement de la région capitale, a établi son projet de Grand Paris -“un grand huit souterrain de métros automatiques”, “avant même” d’en avoir pris connaissance, relève le prix Pritzker 2008 qui liste les différents “méandres de cette histoire”.

Le 29 avril, Nicolas Sarkozy a prononcé un discours sur le Grand Paris dans lequel il a cité “de nombreuses idées empruntées aux dix études présentées”, ajoute Nouvel. Le chef de l’Etat a demandé à Christian Blanc “d’intégrer dans son projet de loi sur les transports du Grand Paris les conclusions de certaines études issues des projets des urbanistes architectes”, poursuit l’architecte.
Le projet de loi “dit du Grand Paris”, qui vise à permettre la réalisation du grand huit des métros souterrains est “étranger” aux propositions urbaines liées à la consultation du Grand Paris, souligne Jean Nouvel.
“C’est un projet de loi conflictuel qui ne donne aucune garantie d’utilité publique s’il n’est pas relié à une stratégie urbaine précisée et située”, dit-il. “Cette loi est indispensable mais elle ne peut être ni une carte blanche sur le mode d’urbanisation ni une incitation à l’extension urbaine”, selon lui.
Pour Jean Nouvel, il faut “créer d’urgence un atelier du Grand Paris où l’Etat, la région, la Ville de Paris et les collectivités locales désigneront des représentants qui, informés par les équipes auteurs des propositions et par les ateliers d’urbanisme de la ville de Paris et de la région, identifieront les propositions à retenir en vérifiant leur compatibilité et leur faisabilité”.

“Il faut arrêter d’étendre la ville par simples juxtapositions périphériques”, déclare-t-il.

Pour Jean Nouvel, “le plus difficile sera de décider où construire les 70 000 logements annuels pour créer des centralités autour du Paris historique à l’échelle de la métropole”. Et avant de créer ces centralités, “il faut choisir, trancher” car le tracé du système de transports et l’implantation des gares risquent d’être légèrement différents suivant que l’on retienne les propositions du groupe Descartes avec ces 20 centralités ou le polycentrisme compact de Richard Rogers.
Avec ironie, Jean Nouvel rêve qu’après ce choix, “un secrétaire d’Etat, ami des ingénieurs, urbanistes, architectes, artistes, intellectuels… à l’écoute de tous, humaniste curieux et ambitieux pour l’ensemble des habitants du Grand Paris, pourrait vite proposer un tracé de transports précis et pertinent sur des bases déjà consensuelles et il serait alors immédiatement possible de formaliser les nouveaux documents d’urbanisme à l’échelle de la métropole”.

Lire le texte complet de Jean Nouvel sur www.lemonde.fr

INTERVIEW: Christian de Portzamparc : “La métropole implique de nouveaux modes de pensée”

October 22, 2009 Leave a comment

 Christian de Portzamparc

Christian de Portzamparc

Le Moniteur : Que pensez-vous du projet de loi sur le Grand Paris ?

Christian de Portzamparc : Nous avons surtout, pour le moment, indiqué à Christian Blanc, rencontré à plusieurs reprises, que le Grand Paris ne pouvait se résumer à un projet de transport, même si les transports sont fondateurs de la ville. Pleinement d’accord avec nous sur ce point, le secrétaire d’Etat a proposé que le préambule de la loi explique que ce premier texte ouvre une démarche d’urbanisme d’ensemble. Il nous semble important que l’avant-propos annonce cet état d’esprit. Ce projet de loi constitue un premier pas.
Les choses auraient pu se dérouler autrement, s’organiser en débat les uns avec les autres. Mais l’urgence a conduit chacun à travailler en parallèle. Sur la question du métro automatique par exemple, Christian Blanc est plutôt favorable à un métro souterrain, qui évite les expropriations, alors que les architectes défendent l’idée d’un métro aérien. Après discussion, Christian Blanc nous a assuré que, là où ce sera possible, le métro sera aérien. Cette démarche peut apparaître comme n’étant pas encore sûre. Mais l’idée qui a dominé, même chez les plus sceptiques d’entre nous, c’est de se dire qu’il fallait poursuivre et avancer, même si ce n’est pas parfait, parce que l’immobilisme, face à la question cruciale de la métropole, est un danger.

LM : La création de l’association répond-elle à cette volonté de poursuivre le processus engagé avec la consultation internationale sur le Grand Pari(s) ?

CdP : L’association résulte de notre volonté de faire avancer les choses. La consultation internationale a déclenché un mouvement chez tous les acteurs concernés, et notamment chez les élus. Ces derniers savent que la question de la métropole est une question importante, impliquant de nouveaux modes de pensée. Certains ont conscience que cette grande région métropolitaine ne doit pas seulement être prise comme une addition de villes et de villages mais comme un ensemble. La consultation a permis, pour certains, de raisonner le fait métropolitain comme un tout. Elle a aussi permis de créer une sorte de lieu où a pu se mener une réflexion sur l’aménagement en oubliant les chapelles politiciennes. Nous ne voulons pas que la dynamique créée s’éteigne. Il y va de l’avenir du Grand Paris.
La création de l’association répond aussi à une demande de Christian Blanc. Il a souhaité que nous nous regroupions pour continuer le processus d’élaboration et de réflexion auquel pourraient être associés l’Apur et l’IAU. Christian Blanc veut avancer vite mais en même temps dialoguer.

LM : L’association préfigure-t-elle l’atelier international du Grand Paris ?

CdP : Elle constitue une première étape, indépendante toutefois. L’atelier international viendra dans un second temps en intégrant les élus.

LM : Quels sont les projets de l’Association des architectes ?

CdP : Aujourd’hui, nous en sommes à un stade embryonnaire. L’association n’a pas été facile à créer car nous ne sommes pas tous sur des positions semblables. Il y a des divergences entre nous. Nous pensons cependant devoir parler presque d’une seule voix pour organiser les suites souhaitables.
Nous sommes par ailleurs confrontés à la difficulté de savoir comment passer à l’opérationnel. Nous sommes en train d’examiner tous les aspects juridiques de cette question. L’Etat ne peut nous confier que des missions d’ordre général, dans le cadre de consultations « recherche et développement ». Dès lors qu’il s’agit de projets localisés, les villes concernées doivent lancer des appels d’offres. Ce projet de Grand Paris se fera avec les élus. Mais le projet de loi constitue une complication. Certains maires s’insurgent, ne veulent pas se voir imposer une gare, un métro… De notre côté, nous voudrions éviter que cet enjeu majeur de l’aménagement devienne l’otage d’un débat électoral. La question de la métropole ne renvoie en rien à un débat droite-gauche. Le projet du Grand Paris, c’est permettre de vivre mieux, faire en sorte que cette métropole ne soit pas ségrégationniste, s’approcher des critères de la métropole de l’après-Kyoto… et garder en tête que la vie économique de la France et de l’Europe a besoin que cette métropole soit productive. Et il faut aller vite.